Référendum de Percé

Below is a message I posted in French on my Facebook account. It’s my take on the referendum in my hometown. In short, the town just had its “Donald Trump” moment.

Premièrement je voudrais remercier André Boudreau, Doris Bourget et les autres conseiller qui ont servi la ville de Percé. Ce consacré au service de la population est extrêmement difficile. Ça demande beaucoup de courage et d’engagement. Et encore plus au niveau locale parce ce que tu vis avec gens qui sont impacté par tes décisions à tous les jours.

Suite au référendum de Percé, je suis réellement déçu du résultat du vote. Je ne me suis pas prononcer sur les réseaux sociaux pendant la campagne parce ce que 1) je ne pouvais voter car j’habite à l’extérieur de Percé 2) J’étais confiant qu’un projet promoteur comme ça allé passer. Un “slam dunk” je m’avais dit, “enfin une bonne idée et du développement dans la région”. L’idée d’un référendum sur le projet est un absurdité. D’après les propos sur Facebook j’avais l’impression que la victoire était dans le camp du “Oui”. Je viens de Cap d’Espoir. J’ai été à l’école primaire à Cap d’Espoir. J’ai déjà travaillé plusieurs étés à Percé. J’ai beaucoup de famille et d’amis dans la région. Ma mère habite encore la maison familiale sur la route du Phare à Cap d’Espoir. Je visite régulièrement la région avec ma famille. J’encoure les gens de l’extérieur a allé visiter Percé. Quand je leurs dit que je viens de la région de Percé je suis fier dans parlé. Alors même si je ne pouvais pas voter, les enjeux de la région me tiens à cœur. Aujourd’hui j’ai un petit plus de difficulté à encourager une famille à déménager dans la région.

Je ne connais pas entièrement les subtilités du projet mais j’ai assez de connaissances pour savoir que c’était bon pour Percé et la région. Le projet aurait été un élément déclencheur pour stimuler l’entrepreneuriat, la création d’emploi, et la création de petites entreprises qui est le cœur d’une économie en santé.

Dans une entrevue à Radio-Canada, Robert Daniel, un conseiller dans le camp du “Non”, a mentionné et je paraphrase : “que les gens en périphérie de Percé ont l’impression qu’il y a beaucoup d’argent qui s’en va au cœur de Percé et qu’ils se sentent délaissé”. Pourtant si tu ne fais pas attention au cœur les autres organes ne fonctionneront pas bien. Le projet aurait stimulé la croissance. Le 1.7$ million aurait été dépensé localement et les régions en périphérie de Percé en aurait bénéficié. Je présume qu’une bonne partie des entrepreneurs qui aurait participé habite à l’extérieur du cœur de Percé. Même choses avec les employés embauchés. Le cœur de Percé en aurait profité aussi en attirant plus de touristes et les nouvelles activités générerait plus d’achalandages.

Je lisais que le projet allait être auto-financé. C’est excellent. Mais présumons qu’il ne l’était pas. Percé aurait pu se financé avec une obligation de 30 ans a 4% (peut-être même moins avec les taux très bas d’aujourd’hui.) Un tel emprunt représente des paiements d’environ 107,300$ par année, capital et intérêt inclus. Alors le coût est beaucoup moins que les bénéfices rapporté en termes de taxes perçu, les emplois créé, et l’augmentation des touristes. Les projets d’infrastructure sont très populaires parce que les avantages sont à long terme et rapporte plus que le coût. Le référendum vient de couter 30,000$ pour rien.

Le problème de la victoire du “Non”, c’est que les problèmes existant existent toujours. C’est correct de te plaindre, mais tôt ou tard, il va falloir décider quoi faire. C’est pour ça qu’en politique c’est toujours plus le fun d’être dans l’opposition. Le camp du “Non” devra faire face aux réalités que les citoyens font face. J’espère que le “Non” comprennent qu’ils devront se levé debout et expliqué pourquoi qu’il a moins de touristes qui viennent, pourquoi que les gens ont de la difficulté a trouvé un emploi, pourquoi qu’il y a moins d’argent dans le coffre de la ville etc…et si il y a moins d’argent et bien c’est un peu plus difficile d’offrir des services. Le prochain maire aurai des responsabilités majeure. Je souhaite les candidates à cette fonction en soient conscients et donnent leur vision d’un Percé en santé.

Percé, la vitrine internationale de la Gaspésie, est menacé par le ralentissent économique, les autres attractions touristique continue d’investir dans leurs projets qui compétitionnent pour l’argent des touristes… Mais elle est attaquée a l’interne, c’est-à-dire un mouvement politique qui se nourrissent des peurs ou des aigreurs pour refuser le développement de nos économies et de nos sociétés, en prenant le cœur de Percé pour cible.

Je comprends que c’est très découragent. J’encourage les gens à ne pas abandonner. Il faut poursuivre le travail. Les vrais bâtisseurs ne s’arrêtent pas un premier non. Depuis quelques année il y a un vent de fraicheur et de jeunesses et même si ça prend plus de temps, un Percé plus fort et meilleur pour le monde.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s